Cohorte ACABi

Les cancers des voies biliaires (CVB) sont la deuxième tumeur primitive du foie en incidence après le carcinome hépatocellulaire. Les CVB sont des tumeurs rares, avec une incidence d’environ 2 000 à 3 000 nouveaux cas par an en France. Cette incidence, variable dans le monde (supérieure en Asie), est en augmentation. Les principaux facteurs de risque sont les maladies inflammatoires chroniques des voies biliaires, les parasitoses (douves en Asie), la consommation d’alcool, les infections par les virus des hépatites B et C, le syndrome métabolique et surtout la présence d’une cirrhose.

Le pronostic des CVB est sombre, avec un taux de survie globale à 5 ans inférieur à 20%, le plus souvent du fait d’un diagnostic tardif, à un stade avancé.

Le traitement de référence des CVB localisés (20%-30%) est la résection chirurgicale qui doit être envisagée chaque fois que possible, au sein d’une équipe multidisciplinaire expérimentée en chirurgie hépatobiliaire.

L’identification de biomarqueurs pronostiques et prédictifs pour mieux stratifier les patients atteints de CVB et guider les décisions thérapeutiques est devenue un domaine de recherche important au cours des dernières années. Du fait de leur rareté, il est nécessaire pour avancer sur les connaissances concernant ces tumeurs de mettre en place des bases de données informatives et des collections biologiques s’appuyant sur la collaboration entre centres en réseau et l’optimisation des interactions cliniciens-chercheurs. L’Association d’étude des Cancers et Affections Biliaires (ACABi) a été récemment créée dans cet objectif.

Le projet ACABi, soumis à la Fondation A.R.CA.D pour financement,  est une étude observationnelle multicentrique qui vise à identifier les facteurs cliniques et les marqueurs tumoraux prédictifs de la survie globale dans les CVB avancés et comprend, pour ce faire :

  • la création d’une base de données nationale multicentrique
  • la constitution d’une collection biologique (tumeurs et sang)
  • la création d’une banque d’organoïdes et de patient-derived xenografts (PDX)

Les investigateurs disposent déjà de 400 échantillons obtenus entre 2003 et 2020 et projettent également ajouter une cohorte prospective de 300 patients pour valider les résultats de 2020 à 2030.