Étude PRODETEN

Les tumeurs neuroendocrines digestives (TNED) sont des néoplasies rares dont l’incidence est estimée à environ 1000 cas par an en France. La localisation digestive la plus fréquente est l’intestin grêle, suivie par le rectum et le pancréas. Leur survenue est le plus souvent sporadique ou peut s’inscrire dans un syndrome de prédisposition génétique.

Les TNE digestives métastatiques constituent un panel hétérogène dont la survie, très variable, peut aller de quelques mois à plusieurs années voire dizaines d’années, du fait de leur évolution généralement lente même en cas de maladie métastatique.

La meilleure connaissance des facteurs pronostiques des TNE digestives métastatiques est importante pour pouvoir adapter la prise en charge. Cependant, l’étude de l’épidémiologie des TNE est complexe, du fait de leur faible incidence, de leur longue histoire naturelle et de leur hétérogénéité.

Néanmoins, les données actuellement disponibles sur l’épidémiologie des TNED en France/Europe (notamment la survie et les facteurs pronostiques) reposent sur des séries de taille restreinte, limitant leur interprétation.

L’autre problématique importante est celle des causes de décès. A ce jour, il n’existe pas d’étude sur une cohorte significative étudiant les causes de décès ni d’étude épidémiologique française ou européenne de grande ampleur évaluant la survie et les facteurs pronostiques des TNE métastatiques du grêle et du pancréas.

L’étude PROTEDEN vise à identifier les facteurs pronostiques, l’impact pronostique des signatures moléculaires ainsi que les causes de décès des patients atteints de TNE métastatiques. Il s’agit d’une étude multicentrique, non interventionnelle, rétrospective et prospective. Au total, 520 patients seront inclus dans lesquels de nombreux facteurs pronostiques seront analysés pour connaître l’histoire naturelle de ces types de tumeurs.