Le projet Kanalrad

Le cancer épidermoïde du canal anal est traité par une association de radiothérapie et de chimiothérapie, avec succès pour les petites tumeurs (de l’ordre de 80 à 90% de guérison) mais les résultats restent décevants pour les tumeurs localement évoluées non métastatiques avec 35% de rechute locale ou à distance dans les deux ans suivant le début du traitement.

Récemment, pour les tumeurs métastatiques ou en récidive, une chimiothérapie associant docetaxel, cisplatine et 5FU (protocole DCF modifié) a donné de très bons résultats en termes de diminution du volume tumoral et de survie.

Cet essai propose une nouvelle stratégie comparant le traitement standard par radio-chimiothérapie à 4 cycles de chimiothérapie (mDCF) suivie de radio-chimiothérapie pour augmenter le taux de survie sans rechute de la maladie pour les patients avec cancers localement évolués du canal anal.

Cet essai s’adresse aux patients de plus de 18 ans porteurs d’un cancer du canal anal localement évolué, sans métastase. Il est également ouvert aux patients immunodéprimés (HIV+) si leur immunité est bien contrôlée sous traitement anti-rétroviral.

310
patients inclus
25
centres

Porteur : Véronique Vendrely – CHU de Bordeaux