Cancer colorectal

Le côlon (ou gros intestin) est la partie terminale du tube digestif. Il fait suite à l’intestin grêle (ou petit intestin) et se termine par le rectum.

Le point commun entre le côlon et le rectum est la muqueuse intestinale, paroi tapissant l’intérieur de l’intestin, formée de villosités recouvertes de cellules superficielles (l’épithélium). Cette muqueuse peut, sous l’influence de mutations, se transformer progressivement en tissu cancéreux.

Dans un premier temps, il s’agit de polypes dits adénomateux, qui restent limités à la paroi du côlon ou du rectum, puis, dans un second temps, de cancers encore appelés adénocarcinomes lieberkühniens.

Les cellules cancéreuses qui forment le cancer prolifèrent donc sans contrôle de l’organisme. La tumeur se développe progressivement d’abord dans la paroi de l’intestin puis les cellules cancéreuses migrent dans les ganglions lymphatiques et plus tard, elles peuvent migrer dans l’ensemble de l’organisme pour constituer les métastases.

Statistiquement, la France figure parmi les pays où ce cancer est le plus répandu.
47582
nouveaux cas par an en France
2
ème
cancer le plus fréquent chez les femmes


Sa mortalité a nettement diminué depuis les années quatre-vingt grâce aux progrès des traitements et du diagnostic dans les phases précoces de la maladie.

Le cancer colorectal fait partie de ceux pour lesquels il existe un dépistage. Un test immunologique à faire chez soi est systématiquement prescrit à toutes les personnes de plus de 50 ans. S’il est positif, il entraine un examen complémentaire, la coloscopie.

En cas de symptômes et pour les personnes présentant un risque élevé (présence de polypes adénomateux, facteurs héréditaires, maladies inflammatoires de l’intestin), la coloscopie est l’examen prescrit pour dépister un éventuel cancer colorectal.

A ce jour, le taux de dépistage en France est en dessous de la moyenne européenne.

Le cancer colorectal se développe lentement, souvent sans signe apparent et sans symptôme. Grâce au dépistage, le diagnostic précoce du cancer colorectal permettrait de guérir 9 cancers sur 10.

Données : Santé publique France – BEH décembre 2022, INCa


Pour en savoir plus :