Cancer de l’œsophage

Il existe 2 types principaux de cancers de l’œsophage que l’on distingue grâce à l’analyse des cellules cancéreuses au microscope :

  • le carcinome épidermoïde, qui représente la très grande majorité des cas dans le monde. Une consommation excessive de tabac et d’alcool le favorise. Il survient le plus souvent chez les hommes ;
  • l’adénocarcinome, qui survient surtout au niveau du tiers inférieur de l’œsophage. L’existence d’un reflux acide (reflux gastro-œsophagien) le favorise.
L’incidence des carcinomes épidermoïdes de l’œsophage est en baisse dans notre pays.

Des campagnes d’information nationales et des mesures de prévention ont permis une diminution au cours des dernières années de la consommation alcoolo-tabagique.

En revanche, l’incidence des adénocarcinomes de l’œsophage est en hausse en France.

Les mécanismes exacts expliquant cette augmentation sont encore mal connus.

5500
nouveaux cas par an en France
76
%
des cas concernent les hommes
5
ème
cancer digestif le plus fréquent en France


L’extension des tumeurs de l’œsophage se fait localement, au niveau du médiastin (cavité située entre les deux poumons et contenant la trachée, l’œsophage, les gros vaisseaux et le cœur) et à distance, vers d’autres organes, sous la forme de métastases.

Schématiquement, on distingue 3 stades d’extension du cancer de l’œsophage qui conditionnent le type de traitement :

  • les tumeurs qui restent confinées au sein de la paroi de l’œsophage, sans envahissement des ganglions locaux ;
  • les tumeurs qui dépassent la paroi, localement par l’envahissement de l’ « enveloppe » engainant l’œsophage, ou sous la forme de ganglions situés à proximité de la tumeur ;
  • les tumeurs associées à des métastases, soit sous la forme d’un envahissement de ganglions situés plus nettement à distance de la tumeur, soit sous la forme d’un envahissement d’autres organes.

L’endoscopie haute ou gastroscopie est l’examen essentiel à réaliser au moindre signe de dysphagie, même minime ou occasionnelle. Elle permet l’examen de la paroi de l’œsophage. On introduit alors un petit tube (endoscope) souple par la bouche ou par le nez.

Données : Santé Publique France – BEH décembre 2022, cancer-environnement.fr, INCa


Pour en savoir plus :